Shared posts

29 Oct 09:23

Celui qui arrive à regarder cette personne pendant plus d'une minute gagne le droit de ne pas fêter Halloween cette année

(Source)

28 Oct 10:48

L'adolescence, cet enfer

(Source)

21 Oct 18:43

The camera sees everything at once. We don’t

by but does it float
Photography by Andrea Grützner Title: David Hockney Atley
23 Oct 12:07

Merde, on n'est vraiment pas tous égaux

(Source + merci à Doudou pour la suggestion)

23 Oct 09:29

Jouons un peu: tiens tiens, qu'est-ce que ça peut bien être ?

A gagner: le contenu de l'objet en question.

 

(Source)

18 Oct 20:44

Photo



19 Oct 10:36

Einstein, Mortimer, Tournesol et nous

by David Monniaux

Lorsque l'on explique que l'on est « chercheur », il y a souvent un malin — ou plutôt, quelqu'un qui se croit tel — qui sort cette citation attribuée à Charles de Gaulle :

« Des chercheurs qui cherchent, on en trouve ; des chercheurs qui trouvent, on en cherche. »

Peu importe que cette phrase n'ait, sous toute probabilité, jamais été prononcée par Charles de Gaulle, celui (ou celle) qui la prononce n'en est pas à cela près…

S'ensuit alors parfois une anecdote du genre « j'ai connu un type qui travaillait au CNRS, hé bien il ne fichait rien ». Que cette anecdote d'une connaissance d'un ami d'un cousin de l'interlocuteur au sujet d'une personne travaillant (à quel poste ? chercheur, technicien, secrétaire ? dans quel laboratoire ? quelle discipline ?) soit invérifiable et indistinguable d'une légende urbaine importe également peu : l'important est de pouvoir dire, sous couvert d'une gausserie, que les chercheurs scientifiques sont au mieux des rêveurs inutiles, au pire des fainéants. S'inscrivent également dans cette thématique les gausseries envers des recherches jugées inutiles, par exemple sur la cassure des spaghettis, ou sur les poissons qui changent de sexe.

Réflexions de beaufs sans importance au comptoir de Cafés du Commerce provinciaux ? Pas uniquement : de hauts responsables politiques ont eu des propos allant en ce sens. Il convient donc de se demander pourquoi des personnes a priori éduquées peuvent prononcer ce genre de propos sérieusement, voire en pensant être en quelque sorte subversives (c'est un trait regrettable de la France de 2014 que des gens puissent s'afficher comme en quelque sorte des libre penseurs dont on bâillonne l'expression alors qu'ils ressassent sur tout support des clichés éculés).

Pour ma part, je vois dans la culture populaire, conjuguée à l'ignorance de la réalité du fonctionnement de la recherche scientifique, la source de cette incompréhension. Dans la culture populaire (films, bandes dessinées…), le scientifique est soit une sorte de génie polyvalent qui conçoit seul ou presque des machineries complexes (qu'elles soient maléfiques ou bénéfiques, les professeurs Tournesol et Mortimer entrant dans ce dernier cas), soit un intellect supérieur et solitaire travaillant sur des problèmes ésotériques et dont l'excellence est démontrée par le prix Nobel (ou la médaille Fields, depuis que Cédric Villani a pris sur lui d'incarner les mathématiques dans les médias populaires). L'avancement de la Science procède par à-coups et « grandes découvertes » produites par des génies (Einstein).

Or, cette image ne correspond pas à la réalité. Un vrai scientifique travaille le plus souvent en équipe. Il est compétent sur un sujet ou un ensemble de sujets relativement précis, même si bien sûr il peut avoir une « culture générale scientifique » plus large. Le métier d'ingénieur est différent de celui d'un chercheur scientifique, même s'il y a un continuum entre les deux ; la conception d'un engin complexe nécessite une équipe d'ingénieurs en plus du chercheur, même génial, qui a découvert le principe de base de son fonctionnement. La recherche scientifique « intéressante » (quel que soit le sens que l'on attache à ce mot) ne se limite pas à l'infime minorité d'individus qui obtiennent le prix Nobel. Les « grandes découvertes » de rupture se produisent le plus souvent dans un contexte de questionnements, approches voisines, état de l'art qui ont permis l'avancée cruciale.

Le processus conduisant d'une découverte scientifique à une application innovante semble très mal connu. Dans l'imaginaire populaire, le scientifique qui fait une découverte « utile » peut potentiellement immédiatement la mettre en œuvre dans une « invention », qu'il va construire dans son atelier (le sous-marin de Tournesol) ou dont il concevra les plans (l'Espadon de Mortimer). La version managériale moderne de cette croyance est l'encouragement à fonder des start-ups. En réalité, une bonne partie des innovations débouchant sur des produits qui se vendent bien ne sont pas scientifiques, mais industrielles et marketing ; les travaux scientifiques agissent plutôt de façon diffuse, la conception d'un produit innovant n'étant possible que par l'état général des connaissance et la formation d'étudiants à cet état des connaissances.

Pour prendre un exemple concret, il n'y a aucune découverte scientifique spécifique et « de rupture » derrière le succès de l'iPhone d'Apple ; les découvertes scientifiques s'y rapportant (semiconducteurs, traitement du signal, informatique, etc.) s'appliquent également aux modèles d'autres constructeurs ; ce qui a fait la différence ce sont l'image, l'attention aux détails, la conception… Je dirais même que c'est le cas le plus général et que les produits technologiques permis par une avancée scientifique précise sont une infime minorité. De même, le commerce électronique n'a pas décollé dans les années 1990-2000 suite à une invention précise, mais notamment grâce à des recherches sur la cryptographie à clef publique menées dans les années 1970, elles-mêmes basées sur des siècles et des siècles de recherches en arithmétique, domaine des mathématiques pourtant jadis réputé inutile car inapplicable aux tâches industrielles et militaires… de l'époque.

Un peu de culture scientifique permettrait pourtant de comprendre que si l'on veut, par exemple, construire des poutres en fibre de carbone qui cassent moins, il est important de comprendre les mécanismes de la cassure et que ces mécanismes peuvent être étudiés sur des objets moins coûteux, par exemple des spaghettis crus. De même, concevoir des algorithmes efficaces pour projeter des polyèdres en grande dimension peut paraître une recherche inutilement ésotérique, si on ignore que de tels polyèdres interviennent dans des problèmes de sûreté de fonctionnement de logiciels qui pilotent des avions, des trains, etc. Là encore, il s'agit de faire avancer l'état des connaissances plutôt que produire une découverte « magique ».

Ainsi,derrière les discours sur « l'innovation de rupture » et l'« excellence » il y a une sorte d'imagerie d'Épinal où le chercheur scientifique « qui trouve » soit est Einstein, soit construit lui-même une invention, les autres chercheurs étant au mieux des rêveurs inutiles, au pire des tire-au-flanc.

20 Oct 07:16

Instant câlin



(source)

21 Oct 11:05

Instant câlin

(Source)

14 Oct 11:56

Salut la petite miss

08 Oct 06:33

Les enfants, ça va pas mieux

07 Oct 12:46

Introducing Garfi, chat vénère


Garfi vit en Turquie. Plus de photos ici.

 

(Merci à Coralie pour la suggestion

06 Oct 16:46

Photo



05 Oct 21:02

#206

by Mandrill Johnson

03 Oct 12:43

Mr. President, I’m not saying we won’t get our hair mussed. I do say, no more than ten to twenty million killed, tops! Depending on the breaks

by but does it float
Photographs of nuclear slide-rules Title: Dr. Strangelove Folkert
04 Oct 08:15

http://otexier.blogspot.com/2014/10/blog-post.html

by OTexier

23 Sep 12:41

Being John Malkovich Being John Malkovich Being John Malkovich

Dorothea Lange, Migrant Mother, 1936

 

Des photos mythiques avec la tête de John Malkovich dedans. C'est le projet Malkovich, Malkovich, Malkovich: Homage to photographic masters du photographe Sandro Miller qui a collaboré avec l'acteur pour reproduire les clichés mythiques d'artistes majeurs de la photographie. 

 

Albert Watson, Alfred Hitchcock with Goose1973

 

Alberto Korda, Che Guevara, 1960

 

Andy Warhol, Self Portrait (Fright Wig), 1986

 

Annie Leibovitz, John Lennon and Yoko Ono, 1980

 

Arthur Sasse, Albert Einstein Sticking Out His Tongue, 1951

Bert Stern, Marilyn in Pink Roses, 1962

 

David Bailey, Mick Jagger “Fur Hood”, 1964

Diane Arbus, Identical Twins, 1967

 

Gordon Parks, American Gothic, 1942

 

Philippe Halsman, Salvador Dalí1954

 

(Source

 

23 Sep 18:44

http://otexier.blogspot.com/2014/09/blog-post_23.html

by OTexier

22 Sep 17:06

Page Pute - Faites des gosses, plein

Recherche

Page Pute

Faites des gosses, plein

Jeudi, 18 Septembre 2014

(Source)

Articles relatifs :

19 Sep 17:45

#201

by Mandrill Johnson

06 Sep 11:25

Photo

Lucas Vigroux

Montagne + geometrie fantastique = beauté

















15 Sep 16:59

The Feynman Lectures on Physics

Lucas Vigroux

Looks like it could help me catch up on my rapidly decreasing scientific knowledge...

Feynman • Leighton • Sands

Caltech and The Feynman Lectures Website are pleased to present this online edition of The Feynman Lectures on Physics. Now, anyone with internet access and a web browser can enjoy reading a high quality up-to-date copy of Feynman's legendary lectures.

However, we want to be clear that this edition is only free to read online, and this posting does not transfer any right to download all or any portion of The Feynman Lectures on Physics for any purpose.

This edition has been designed for ease of reading on devices of any size or shape; text, figures and equations can all be zoomed without degradation.1

For comments or questions about this edition please contact Michael Gottlieb.

 

Richard Feynman talking with a teaching assistant after the lecture on The Dependence of Amplitudes on Time, Robert Leighton and Matthew Sands in background, April 29, 1963.

Photograph by Tom Harvey. Copyright © California Institute of Technology.

Contributions from many parties have enabled and benefitted the creation of the HTML edition of The Feynman Lectures on Physics. We wish to thank

  • Carver Mead, for his warm encouragement and generous financial support, without which this edition would have been impossible,

  • Thomas Kelleher and Basic Books, for their open-mindedness in allowing this edition to be published free of charge,

  • Adam Cochran, for tying up the many slippery loose ends that needed to come together in order for this edition to be realized,

  • Alan Rice for his steadfast enthusiasm for this project, and for rallying the support of Caltech's Division of Physics Math and Astronomy ,

  • Michael Hartl and Evan Dorn, for their contributions to converting the FLP LaTeX manuscript into HTML.

Copyright © 1963, 2006, 2013 by the California Institute of Technology,
Michael A. Gottlieb, and Rudolf Pfeiffer

11 Sep 04:00

September 11, 2014


Slice.
04 Sep 15:42

Photo



10 Sep 18:30

Señor Gif - Page 17 - Funny Animated GIFs - Cheezburger

by gatito
10 Sep 11:44

Señor Gif - Page 4 - Funny Animated GIFs - Cheezburger

by gatito
04 Sep 15:54

Photo



07 Sep 17:06

интересное от mxx

26 Aug 10:04

Here is an illustration I did for Poppermag 7...

Lucas Vigroux

Beau comme un beau ballon







Here is an illustration I did for Poppermag 7 “girlfirend” issue.

22 Aug 04:00

Loop

Lucas Vigroux

Back to work

Ugh, today's kids are forgetting the old-fashioned art of absentmindedly reading the same half-page of a book over and over and then letting your attention wander and picking up another book.